PortailAccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 RESCO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tom-gun
Te@m SWAT
Te@m SWAT


Nombre de messages : 47
Age : 38
Localisation : France- capitale
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: RESCO   Ven 3 Nov 2006 - 10:53

RESCO



Dénomination : Recherche et Sauvetage au Combat
Ministère : Ministère de la Défense
Catégorie : Armée de l'Air
Base : Cazeaux
Nationalité : France
Site internet : Site non officiel




DESCRIPTION :

L'escadron d'hélicoptères 1/67 " Pyrénées", stationné à Cazaux, est depuis l'été 1997 l'unité volante spécialisée en recherche et sauvetage au combat (Resco). Aux côtés des équipages, les commandos de l'air complètent le nouveau pôle Resco de l'armée de l'air.

Une opération dont l'importance a été prouvée par le passé. L'armée de l'air, qui a obtenu la responsabilité de la Resco, a spécialisé cette unité et lui en a donné l'exclusivité. " C'était logique, estime le lieutenant colonel Yves Genty, commandant l'escadron, parce que la Resco est destinée à récupérer les pilotes de chasse éjectés derrière les lignes.
Même si l'hélicoptère n'est que le dernier maillon d'une opération dans la troisième dimension, pouvant compter plusieurs dizaines d'appareils rodés à travailler en parfaite symbiose. " Historiquement, l'EH 1/67 " Pyrénées " avait déjà fourni un détachement lors de la guerre du Golfe. Il avait donc déjà une certaine expérience de la mission.

Mission capitale
L'équipement et la transformation des équipages ont commencé à Brindisi (Italie), en pleine opération Crécerelle menée avec les alliés, dont PUS Air Force. En février 1994, PEH met en place trois Puma. " Nous avons appris au contact des Américains, résume le Lcl Genty. Il a fallu équiper le Puma, entraîner l'équipage et définir le concept. " En décembre 1994, l'escadron est fin prêt. Déclaré opérationnel, il prend l'alerte au côté des Américains. Comme l'explique un des pilotes de l'escadron, le lieutenant Fabien G., "les procédures codifiées de la Resco permettent de mener des opérations avec les pays alliés, en sécurisant au maximum les missions ".

La qualification Resco se déroule en deux phases. La première, essentiellement théorique, se déroule au CA 30. Les commandos apprennent la progression au sol et les procédures théoriques en vol. La deuxième phase se passe à l'EH et concerne la mise en application des procédures en vol et au sol. Les commandos sont qualifiés " treuillage ". La qualification doit être entretenue régulièrement. À Cazaux, le " Pyrénées " emploie une centaine de personnes. Pilotes et mécaniciens d'équipage arment les huit Puma entièrement remis aux normes Resco.


MISSIONS :

Les français sont avancés en matière de récupération d'équipage abattu en zone hostile. Les missions des RESCO sont rares mais sont toujours dangereuses et nécessitant de gros moyens matériels et humains. Les américains les appellent CSAR (combat search and rescue).
La formation des pilotes de nos jours atteignent des prix assez importants et leur formation est longue c'est pour cela que l'état major a mis en place des unités pour récupérer ses pilotes, même si le plus souvent ses missions peuvent être lourde en vies; mais il serait difficile moralement d'abandonner un pilote en territoire et à la merci de ses adversaires.

La Resco est donc devenue une mission capitale. Elle rassure les chasseurs et a un impact politique majeur. On a pu s'en rendre compte avec le cas des deux pilotes français éjectés en Bosnie en août 1995. Le Ltt FG confie:

" Une mission Resco est dense, car elle demande une grande division d'attention. En effet, outre nos tâches à bord, nous devons simultanément surveiller l'extérieur. Lors de vols de nuit sous JVN à très basse altitude, il y a toujours une part d'inconnu. Il faut tout prévoir, autant que possible. Mais la Resco est motivante, car c'est une mission vraiment opérationnelle." Les Etats-Unis ont tenté en premier des sauvetages pendant la seconde guerre mondiale mais vu leurs équipements disponible à cette époque, les sauvetages s'arrêtaient le plus souvent sur le milieu maritime par des hydravions car les hélicoptères n'existaient pas encore et les atterrissages sur de petites zones étaient impossible.
Mais la guerre du Vietnam fût la guerre ou le plus d'équipage furent abattus et ou les équipes CSAR furent le plus employées. Malgré la densité forestière du Vietnam de nombreuses missions se finirent par des succès mais souvent avec des morts du côté des sauveteurs.

N'oublions pas les images en Somalie de soldats américains qui étaient traînés morts devant les caméras de télévision et qui n'avaient pu être sauver après pourtant une éjection en règle après avoir été touché par des missiles sol-air des rebelles somaliens.

D'un point de vue politique ses missions peuvent avoir de grosses conséquences et permmettre aux pays de montrer qu'ils peuvent sauver des hommes même en territoire adversaire, ce qui peut avoir un effet dissuasif.


De nos jours les guerres font de moins en moins de morts dût à l'utilisation de nouvelles techniques, et surtout par l'utilisation de frappes aériennes. Ceci permet aussi de ne pas se mettre l'opinion publique à dos, car le coût humain peut à force retourner la population contre son gouvernement, comme ce fût le cas au Vietnam et comme on commence à le voir en Irak, toutes proportions gardées.

De plus la sauvetage d'individus en milieu ennemi peut avoir au contraire un aspect héroïque, comme ce fût le cas en Bosnie en 1995 ou le Capitaine O'Grady devint un "héros" après sont sauvetage par l'US Air Force. Donc nous voyons bien que l'intervention de ses unités sont secrètes mais peuvent influencer sur l'opinion publique soit par sa réussite ou au contraire sont échec.

Le sauvetage aussi du soldat féminin Lynch pendant la guerre en Irak "2", en est une preuve et les portes paroles de l'US Army utilisèrent cette mission pour montrer leur efficacité.

Rappelez-vous aussi des réactions des Irakiens lorsque que des soldats avaient vu des pilotes amériacains s'éjectés au dessus de Bagdad, tous les soldats et policiers de la ville les cherchaient sur les bords du Tigre; mais cette alerte était fausse, mais que serait t'il arrivé si cette alerte avait été vraie et si les pilotes avaient été trouvés par les adversaires.

La motivation est également présente chez les commandos. L'adjudant Guy L., responsable de la cellule Resco au CA 30 explique: " Avec cette nouvelle mission, les commandos trouvent un nouveau moyen d'action. En tant qu'élément de la Resco, nous avons notre mot à dire dans la préparation de la mission. Comme par exemple dans l'étude du terrain déposer " Actuellement, l'armée de l'air dispose d'un nombre suffisant de fusiliers commandos spécialisés dans la récupération au sol pour armer détachements et relèves.


MATERIELS :
Même pour ne sauver qu'un seul homme les unités RESCO doivent mettre en place un dispositif très important en alliant intervention rapide mais aussi massive pour pouvoir en cas de tirs ennemis riposter avec des tirs nourris de mitrailleuses et de roquettes.

C'est pour cela que des Cougar fûrent développés pour ses missions avec à leur bord de largue place pour les équipages et des tourelles de mitrailleuses 7.62 ou 12.7. Les techniques sur le terrain sont simple trouver le plus rapidemnent le pilote ou l'équipage a sauvé et courir très vite vers les hélicoptères et tiré à la moindre alerte pour couvrir le départ.

Tout est question de rapidité, nous savons que les hélicoptères Cougar ou Puma sont bruyants et donc une approche furtive est difficile donc le rase motte est souvent employé, de plus les hélicoptères Cougar sont souvent protégés par des Gazelle armées surtout avec des canons de 30 mm.

Les pilotes abattus ont sur leur combinaison des appareils de positionnement par satellite et peuvent ainsi envoyer par ondes spéciales leur emplacement approximatif à l'Etat-major, ainsi c'est eu qui mettront ensuite en place tous les moyens nécessaires pour la récupération. La survie en milieu hostile est un phase de la formation des pilotes de l'air français ainsi ils pourront attendre plusieurs jours l'arriver des RESCO en ce cachant des caches ou des fougères.

De plus les missions RESCO sont accomplies par des unités des Commandos Parachutistes de l'Air N°40, qui ont déjà une grande expérience des assauts en territoire ennemi notamment avec les prises d'aérodromes ou d'aéroports.

_________________
[img:df5e]http://img130.imageshack.us/img130/7885/hkuser4mv.gif[/img:df5e]
[img:df5e]http://www.membres.lycos.fr/plexi84/1/user%20bar/g3a3.jpg[/img:df5e]
[img:df5e]http://www.membres.lycos.fr/plexi84/1/user%20bar/swat-style.jpg[/img:df5e]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
RESCO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: groupes réels :: les groupes d'interventions militaires :: les groupes "Air"-
Sauter vers: